Elizabeth II et son royaume font leur adieux au prince Philip; voici les détails

0
7

La famille royale britannique a fait ses adieux samedi lors d’une cérémonie en petit comité au prince Philip, qui a soutenu sans relâche Elizabeth II et a servi la couronne pendant plus de sept décennies.

Le duc d’Édimbourg est enterré dans l’enceinte du château de Windsor, où Philip a pris son dernier souffle avec son «Lilibet» le 9 avril après une vie au service de la monarchie depuis son mariage il y a 73 ans.

La reine est en train de perdre qui, selon ses propres mots, a été sa «force» et son «soutien» qui sont passés au second plan depuis son couronnement en 1952. Connu pour son ouverture d’esprit et son humour, qui flirte parfois avec le racisme ou le sexisme, il aurait fêté ses 100 ans le 10 juin.

Avant les funérailles, le palais a publié une photo personnelle de la reine et du prince Philip souriant dans l’herbe du parc national de Caingorms en Écosse en 2003.

Les journaux ont adopté une approche centrée sur Elizabeth II, titrée «The Queen Bids Farewell» du Times.

Les circonstances qui contribuent à éviter le désir du duc d’Édimbourg d’éviter un enterrement en grande pompe sont encore plus respectées qu’il ne l’avait imaginé à l’origine.

Bien que la pandémie ait exhorté le public à ne pas se rassembler à l’extérieur des résidences royales, Windsor est déjà dans un tollé.

« Nous sommes des centaines », a déclaré Mark, 57 ans, à l’AFP, « mais c’est un événement majeur qui n’arrive qu’une fois par génération ». « Ce sera plein de monde. »

Alberto Barrocas, qui dirige une brasserie dans un salon de thé dans une ruelle près du château, ne s’attend pas à accueillir plus prudemment « de nombreux clients » sur sa terrasse, « à l’exception des journalistes! » disponible en nombre.

En deuil national depuis la mort du duc d’Édimbourg le 9 avril, le Royaume-Uni est invité à observer une minute de silence au début de la cérémonie religieuse à 15h00 heure locale (14h00 GMT).

Seules 30 personnes assisteront à la cérémonie funéraire, qui est masquée et espacée selon les règles sanitaires en vigueur en Angleterre.

« Fidélité inébranlable »
Les funérailles, qui seront télévisées, refléteront le passé militaire que porte fièrement ce prince consort historique de l’histoire britannique qui a combattu dans la marine pendant la Seconde Guerre mondiale.

La Royal Navy, la Royal Air Force et l’Armée seront donc présentes à Windsor pour saluer son cercueil, recouvert de sa bannière personnelle et de son épée, transporté à bord d’un land rover vert militaire sévère que le duc d’Édimbourg a contribué à façonner.

La Fanfare des Grenadier Guards, dont Philip a été colonel pendant 42 ans, mènera la procession jusqu’à la chapelle Saint-Georges où se déroulera la cérémonie religieuse.

Le doyen de Windsor doit louer sa «loyauté inébranlable» envers la reine, son «courage», sa «force» et sa «foi» selon des extraits pré-publiés.

L’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, chef spirituel anglican, donnera la bénédiction à la fin du service.

réunion
Pour les Windsors, cet enterrement est aussi l’occasion de se retrouver après les récentes crises.

C’est la première fois depuis son retrait tonitruant de la monarchie et son départ outre-Atlantique que le prince Harry retrouve la famille royale en public, marquée par l’ombre des allégations de racisme et d’indifférence que lui et sa femme – même dans un ton bruyant – ont porté une interview avec Oprah Winfrey.

L’épouse de Harry, Meghan Markle, qui était enceinte de son deuxième enfant, est restée aux États-Unis sur les conseils de son médecin.

Un cousin entre deux frères
Les deux frères William et Harry, réunis derrière le cercueil de leur mère Diana en 1997, marcheront sur la même ligne pour suivre le cercueil de leur grand-père. Mais leur cousin Peter Phillips se déroulera entre eux, un choix largement commenté dans la presse.

En ce qui concerne les vêtements, cependant, la famille royale britannique s’efforcera de présenter un front unifié. Tous seront habillés en civil pour éviter de faire la distinction entre le prince Andrew et Harry, tous deux profondément attachés à l’armée mais retirés de la monarchie.

Même s’il était toujours dans la marine, l’apparition du prince Andrew, le deuxième fils de la reine et ancien pilote d’hélicoptère, en uniforme aurait eu l’air mauvais compte tenu de son amitié avec le défunt financier Jeffrey Epstein, qui est poursuivi pour trafic d’êtres humains.

À la fin de la cérémonie, le cercueil est descendu dans le « Royal Vault », une crypte dans laquelle il reste jusqu’à ce que la reine se joigne à sa mort. Le conjoint si réuniEnsuite, la chapelle commémorative du roi George VI., Le père d’Elizabeth II., Aura leur résidence permanente.

ref: lepoint

QU’EN PENSEZ-VOUS?

[comment]

PUB

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments] [comment-form]

Laisser un commentaire, votre avis compte!