EbeneMagazine – France – Général Burchard: « Le soldat qui meurt pour son pays n’est pas en vain »

0
7

À la fin du dixième jour de novembre, les jeunes soldats de l’armée rallument la Flamme du Soldat inconnu après une course à pied entre Verdun et l’Arc de Triomphe, sur le même chemin sacré que Poilus a emprunté pour atteindre le front cinq jours de relais, Avec du matériel de combat et des armes, sur la même route que les restes du soldat inconnu ont été ramenés à la maison.

Il a fallu attendre le 11 novembre 1923, lorsque la flamme commémorative a allumé le lieu de sépulture et rappelé à tous les sacrifices de nombreux Français et étrangers pour le bien de notre pays depuis, la renaissance de la flamme sous l’Arc de Triomphe était un geste constant, renouvelé chaque jour. Quelle signification mettons-nous derrière ce symbole de transmission de la torche? Qu’obtenons-nous de nos cheikhs, nos cheikhs? Que devons-nous transmettre à nos jeunes soldats et aux jeunes générations?

La torche est avant tout un symbole de mémoire vivante: le 11 novembre de chaque année, nous rendons hommage aux soldats tombés dans les rangs de la France pendant la Grande Guerre et pendant les conflits que nous avons traversés jusqu’à aujourd’hui. Ils sont plus d’un million et demi. Nous leur avons tout demandé. Nous ne leur devons qu’une chose en retour: notre reconnaissance, qui ne doit jamais s’effilocher.

Leurs sacrifices peuvent sembler difficiles à comprendre pour une société qui n’a pas connu la guerre sur ses terres depuis plusieurs décennies, mais leur engagement a fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui, et les batailles auxquelles ils ont participé et les victoires qu’ils ont remportées résonnent encore en 2020, à travers notre façon de vivre dans la liberté et la paix Cette reconnaissance s’exprime de plusieurs manières, à travers les témoignages de nos vétérans aux plus jeunes, à travers nos cérémonies civiles et militaires et monuments aux morts, comme ceux que nous avons inaugurés il y a un an, en l’honneur des soldats morts pour la France lors d’opérations à l’étranger.

La flamme est donc un symbole de combat. Aller à la guerre « tirera ». Et parce que nous ne nous trompons pas, les conflits dans lesquels nos soldats tombent ne se limitent pas aux seuls livres d’histoire. Ces dernières années, nos régiments ont assisté à des opérations de combat continuelles avec les théâtres de l’Afghanistan, de la République centrafricaine, du Mali, de l’Irak, du Liban et d’autres. Ce haut niveau d’engagement, l’armée en paie le prix avec sa chair. Pendant dix ans, 110 de nos frères d’armes ont sacrifié leur vie pour leur pays et plus de 2 500 ont été blessés.

La flamme, c’est aussi la chaleur, et c’est le confort que l’on doit à ceux qui se trouvent dans des situations difficiles. Les blessés, dans leur corps ou dans leur esprit, sont ceux que nous soutenons à travers de nombreux projets menés par nos sociétés d’entraide, sous les auspices de la cellule d’aide aux blessés de l’armée Ce sont aussi nos familles endeuillées. Le 11 novembre est un moment privilégié pour les assiéger et leur rappeler que le soldat qui meurt pour son pays ne tombe jamais pour le déchet. Sa vie n’est pas gâchée Elle est donnée à la France et aux Français, dont la mission est de protéger notre identité de soldat se nourrit de ces frères d’armes

La torche nous éclaire et nous guide. Elle nous offre un chemin de courage et d’exigence. Pour emprunter cela, il faut admirer et suivre des exemples individuels. Il faut s’inspirer des personnages qui nous élèvent, hommes et femmes, grands soldats, aventuriers et même héros: Maurice Genevois, camarades de la libération, notamment Pierre Simone qui vient de nous en nous laissant, et bien d’autres, humbles et discrets, d’hier et d’aujourd’hui ce n’est pas une admiration aveugle, mais une admiration féconde qui nous dit quelque chose sur nos capacités et nous donne envie d’agir.

Dans l’armée, ce potentiel d’admiration est cultivé par le souvenir des actes de bravoure de nos anciens et des batailles qui ont marqué nos régiments. C’est l’essence même de nos traditions militaires. Elles inspirent chaque soldat et nous aident à nous surpasser lorsque les circonstances l’exigent.

Mais si la flamme peut scintiller, il y aura toujours des charbons ardents dans les combats. Nous perdons tout: confort, réconfort et paix, que nous remplaçons par la fatigue, la peur et le danger. Tout revient à l’essentiel: la fraternité et le don de soi dans le processus, beaucoup de nos jeunes transcendent leurs camarades, Et leur groupe de combat, et leur division, de nombreux soldats trouvent un sens à nos engagements difficiles, bien conscients que continuer leur mission signifie qu’ils peuvent être amenés à se révéler physiquement et même à mettre leur vie en danger.

Et donc cette flamme doit se transmettre. C’est ce que fait l’armée avec sa jeunesse. C’est la merveilleuse tâche de nos centres de formation primaire, de nos régiments et de nos écoles, Saint-Cyr Coëtquidan pour les officiers ou Saint-Maixent pour les sous-officiers. Passer le flambeau, c’est transmettre ce qui est probablement le plus ordonné à nos soldats: confiance en eux-mêmes et confiance en les autres – leurs camarades, dirigeants et subordonnés – confiance en leur armée et confiance en leur pays Cet apprentissage n’est pas théorique, mais il passe par l’action, par cette rencontre avec les autres et avec le monde

Oui, la torche que nos cheikhs nous transmettent est une véritable cause d’espoir! Alors, peut-être est-ce la question que nous pouvons nous poser: que faisons-nous chaque jour pour transmettre ce bien précieux que les personnes âgées nous ont confié?

Restez en valeur les sacrifices

OPS Faller C’est rare
Oui, mourir pour son pays Nous envoyons des jeunes mourir pour leur patrie Il me semble (je me trompe peut-être) que dans la Grèce antique c’était des hommes d’âge moyen et le père de famille qui étaient envoyés à la guerre, leur descendance était certaine
Si nous envoyons des hommes se battre et ainsi mourir pour leur pays, je pense que la moindre chose est de les considérer comme des citoyens à part entière Et ne faites pas partie de ce que nous appelons le Great Dumb.

Mais il tombe et ne se lève pas!

Voir les articles dans la section entreprise,
Suivez les informations en temps réel et accédez à notre analyse de l’actualité

Samuel Patty, tué pour avoir enseigné la liberté d’expression Attaques de janvier 2015: procès des juges d’histoire sur scène

Questions et réponses Vidéo pédagogiqueAnnoncesContactez-nousPlan du siteMentions légalesCharte de coordination CGUCGVPolitique de cookiesPolitique de protection des données personnelles Archives

Créez un compte pour accéder à l’édition numérique du magazine et à tous les contenus de Point inclus dans votre offre

Pour ce faire, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte

Tombe du Soldat inconnu à Paris, Première Guerre mondiale, Verdun, France, Auguste Thien

EbeneMagazine – France – Général Burcard: «Le soldat qui meurt pour son pays ne tombe jamais amoureux Rien  »
Titre associé :
Célébrations du 11 novembre (Novembre) Novembre dans les comités restreints en raison de la crise sanitaire
11 novembre 2020: Célébrations & # 39; Armistice sans public, le programme. Christophe Solard est l’auteur de Molion’s Bedside of the Unknown Soldier
1961, August Thein nous dit comment choisir le soldat inconnu
Il y a cent ans, un épicier de Port-en-Bessin a choisi le Soldat inconnu
Un soldat qui meurt pour son pays ne tombe pas pour rien «  »> Le général Burkhard: « Un soldat qui meurt pour son pays ne tombe pas pour rien. » >
Cent ans plus tard, l& # 39; Un hommage au soldat inconnu dans le château
Heureux humble!
– <a href="/?s= De Verdun à Paris, une course en l'honneur du Soldat inconnu, de Verdun à Paris, une course en l'honneur du Soldat inconnu
– <a href = /? S = il y a 100 ans, le Soldat inconnu a été choisi à Verdun Il y a 100 ans, la sélection du Soldat inconnu à Verdun…



SOURCE: https://www.w24news.com/news/ebenemagazine-france-gnral-burchard-le-soldat-qui-meurt-pour-son-pays-nest-pas-en-vain/?remotepost=559909

QU’EN PENSEZ-VOUS?

Partners:

Journal D’Afrique (https://www.journaldafrique.com/)

Ebene News (https://www.ebenenews.com/)

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube en cliquant ici

Vidéo du jour: De la cocaïne retrouvée dans une école maternelle de Seine Saint Denis, deux enfants hospitalisés

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments]