. EbeneMagazine – FR – Programme TV du lundi 30. Novembre: notre sélection

0
0

. .

À 21h05 en France 3. Festival de Cannes, nov.. Mai 2017. Un film paralyse le public le matin lors de la présentation presse et le soir lors de la présentation officielle. « 120 Battements per Minute », le troisième long métrage de Robin Campillo (57 ans) (« the RevENTS », « Eastern Boys »), quitte les deux salles KO. Dans les années 1990, il raconte la soudaine flambée d’Act Up, une association déterminée à briser le voile de l’indifférence par des actions spectaculaires qui cache les ravages du sida à l’époque.. .

Le film montre un jeune acteur d’origine argentine, Nahuel Pérez Biscayart, électrique et magnétique, dans le rôle de Sean, un activiste séropositif qui se sait condamné. La première partie est brute. On voit les militants d’Act Up discuter et participer à des actions flash en aspergeant du faux sang dans les bureaux des laboratoires. Le film prend alors la couleur du drame romantique avec délicatesse, se concentrant sur la relation entre Sean et Nathan (Arnaud Valois) jusqu’à l’agonie et la mort du premier. « 120 battements par minute », dont le titre, selon le réalisateur, évoque « les battements du cœur et ceux du plaisir », a atteint plusieurs fois des hauteurs cinématographiques, notamment lors d’un panorama de la Seine, fleuve de sang,. Le long métrage du Grand Jury de Cannes, qui a remporté 6 César en 2018, dont celui du meilleur film et du meilleur espoir masculin pour Nahuel Pérez Biscayart, a attiré 800 à l’époque.. 000 spectateurs dans les cinémas. . Qui gardent tous un souvenir émouvant . . .

«120 battements par minute», drame français de Robin Campillo (2017), avec Nahuel Pérez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel, Antoine Reinartz… (2h20)

À 22 ans. 20h sur Arte. Il y a d’abord ce rire, reconnaissable parmi mille. Et cette voix, tout aussi unique. Difficile de ne pas tomber sous le charme de Jean Rochefort. Ce beau documentaire, raconté par Catherine Frot, retrace la vie des montagnes russes de cet éternel enfant passionné de chevaux qui aimait rire et qui aimait faire rire les gens. . Le portrait regorge d’anecdotes délicieuses et de témoignages de proches (dont son fils Julien, Bertrand Tavernier et Guillaume Canet), de ravissantes images d’archives avec ses grands amis du Conservatoire, Jean-Paul Belmondo et Jean-Pierre Marielle. On découvre aussi le visage plus sombre de l’homme, sa peur, sa relation turbulente avec son père, le tournage maudit avec Terry Gilliam dans « Lost in la Mancha » qui laissera sa trace. . L’acteur à l’éternelle moustache nous parle des films qu’il aimait faire et nous rions en l’écoutant. Parce qu’avec lui c’est dur de faire autre chose.

À 20 ans. 50h en France 5. Fane, maussade au grand cœur, vient au village où sa mère est décédée, qui vient de mourir. Il est accompagné de son frère Mo, légèrement handicapé mental, et de Lilas, une jeune femme à la carrure spectaculaire, qu’il vient de «sauver» des bras d’un homme qui l’a battue. . Ils emménagent dans la maison du défunt, recherchée par un garagiste qui souhaite la racheter et l’agrandir. Au début de l’été, Fane, Mo et Lilas auront une relation à la fois douce et turbulente pendant que le méchant mécanicien les harcèle . . . Cette pépite, qui, comme son histoire, oscille entre lascivité et mérite fulgurant, doit autant à sa mise en scène qu’à son casting 5 étoiles.. Aux côtés de Jean-Pierre Bacri, génial dans le rôle de Fane, et de Guy Marchand, parfaitement qualifié de pauvre mécanicien, le film repose sur les épaules de trois grands acteurs disparus depuis: Jean Bouise, Jacques Villeret, le est très émouvante dans son interprétation de Mo, et Pauline Lafont, dérangeante et sensuelle dans celle de Lilas.

«L’été sur la pente douce», une comédie dramatique de Gérard Krawczyk (1987) avec Jacques Villeret, Jean-Pierre Bacri, Pauline Lafont et Jean Bouise… (1h42)

À 21 ans. 15 h sur TMC. Lorsque l’étoile noire a été détruite par Luke Skywalker et Han Solo à la fin de l’épisode IV, « Un nouvel espoir », l’Empire ne sera pas à genoux. . Alors que Luke peaufine son entraînement Jedi avec Maître Yoda, l’Alliance rebelle est horriblement attaquée par les forces ennemies sur la planète gelée Hoth. . Luke tentera alors de sauver ses amis en affrontant Dark Vador . . . Demandez à n’importe quel vrai fan de Star Wars quel est son épisode préféré. La réponse est: « L’Empire contre-attaque »! Le deuxième film, qui arrive dans les cinémas après l’épisode original, devient plus sombre, plus spectaculaire, presque mythique, avec l’apparition de Yoda, le conflit sous la forme d’une tragédie grecque qui surgit entre Luke et Vader. et cette incroyable bataille dans la neige entre l’Alliance et les emblématiques quadripodes impériaux TB-TT qui ressemblent à des animaux géants. Le réalisateur Irvin Kershner, l’ancien professeur de George Lucas à l’université, a gagné le respect de millions de fans de la saga avec sa direction inspirée. .

« Star Wars, Episode V: L’Empire contre-attaque », film de science-fiction d’Irvin Kershner (1980) avec Mark Hamill, Harrison Ford, Carrie Fisher … (2h04)

À 21h05 sur TF 1. Répétition lourde vers la fin de l’année. Dans « Love at First Sight for a Christmas Melody », Barbara Cabrita joue Mélodie (un prénom assez simple), mère de deux enfants et récemment veuve, chargée d’organiser un grand concert de musique classique à Vienne. Lorsque son pianiste vedette s’est blessé à la main, elle s’est rendue en Autriche pour persuader un musicien français (joué par Lannick Gautry), qui avait quitté la scène depuis dix ans, de prendre le relais.. . Evidemment, pour la jeune femme, la tâche s’avérera très compliquée, mais elle ne manquera pas de détermination. . Paysages enneigés, multiples références à « Sissi Empress », hôtelier qui ressemble à Saint-Nicolas: la magie des vacances est présente dans toutes les scènes de cette intrigue sans subtilité, mais vraiment charmante. Le regard séduisant de Lannick Gautry, apparu depuis dans « Le Bronx », et le sourire irrésistible de Barbara Cabrita complètent notre enchantement. .

« Coup de foudre avec une mélodie de Noël », téléfilm d’Alexandre Laurent (2018) avec Barbara Cabrita, Lannick Gautry … (2×45 minutes)

120 battements par minute, France 3, Robin Campillo, VIH / SIDA, Arnaud Valois

EbeneMagazine – FR – Programme TV du lundi 30. Novembre: notre sélection
. . Titre correspondant :
Lundi 30. Programme TV de novembre: notre choix
> 120 battements par minute Minute (France 3): Le film est-il inspiré d’une histoire vraie?
120 battements par minute: qui est Robin Campillo dont la vie a inspiré le film?
– <a href =" /? S = SIDA. Une soirée spéciale dans France 3 nous rappelle que le virus "tue toujours le SIDA". Une soirée spéciale de France 3 nous rappelle que le virus continue de tuer
 » 120 battements par minute « sur France 3: un film multi-primé sur les années du sida
– <a href =" /? S = cinéma ce lundi soir sur France 3: " 120 battements par minute. ; l& # 39; hecatomb" AIDS
> 120 battements par minute: le film est-il autobiographique?
> 120 battements par minute en France 3: Comme Adèle Haenel et le Les acteurs se sont préparés pour leur rôle
 » 120 battements par minute « , portrait intime d& # 39; one generation
Carole Gaessler explique pourquoi France 3 consacre une soirée spéciale au VIH

Ref: https://www.leparisien.fr

QU’EN PENSEZ-VOUS?

Partners:

Journal D’Afrique (https://www.journaldafrique.com/)

Ebene News (https://www.ebenenews.com/)

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube en cliquant ici

Vidéo du jour: De la cocaïne retrouvée dans une école maternelle de Seine Saint Denis, deux enfants hospitalisés

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments]