Ebene Magazine – Les Européens Luka Doncic et Giannis Antetokounmpo en tant que stars montrent que «tout est possible» en NBA

0
5
Ebene Magazine - Les Européens Luka Doncic et Giannis Antetokounmpo en tant que stars montrent que «tout est possible» en NBA

Giannis Antetokounmpo et Luka Doncic sont en bonne voie de s’affirmer comme deux des plus grandes exportations de basket-ball européen; regardez les Dallas Mavericks @ Milwaukee Bucks en direct sur Sky Sports Arena à partir de 12h30 aux petites heures du samedi matin

La Grèce est actuellement en tête 2-1 sur la Slovénie, mais c’est au début de la grande guerre européenne du basket-ball.

Giannis Antetokonmpo et Luka Doncic se sont affrontés trois fois en NBA jusqu’à présent avec leurs équipes respectives, les Milwaukee Bucks et les Dallas Mavericks, et le Greek Freak a le léger avantage sur son rival européen.

À certains égards, on a l’impression qu’Antetokounmpo vient tout juste d’entrer dans la ligue, mais avec deux trophées MVP, un prix du joueur défensif de l’année, quatre apparitions All-Star avec quatre sélections All-NBA et trois honneurs de l’équipe All-Defensive, il a déjà accumulé le type d’éloges qu’il faut de longues carrières.

Même s’il a été repêché en 2013 en tant que maigre, timide, gréco-nigérian des rues d’Athènes, Antetokounmpo se sent toujours jeune … parce qu’il l’est. À 26 ans, il est probablement à deux ans de son apogée, mais il a déjà le corps d’un dieu dans son pays natal et est en passe de devenir l’un des meilleurs joueurs européens de la NBA. Mais il y a déjà un autre jeune talent de tout le continent, qui aiguise son épée.

Luka Doncic n’a que 21 ans. Les Mavericks de Dallas étaient en spirale pendant trois saisons avant son arrivée, entraînant un Européen vieillissant, Dirk Nowitzki, qui aurait probablement dû quitter la ligue deux saisons avant lui. Mais lorsque Doncic a rejoint la NBA, l’équipe a augmenté son nombre de victoires de neuf matchs supplémentaires lors de sa première année, puis la franchise est revenue en séries éliminatoires la saison dernière.

Malgré sa jeunesse, le Slovène avait déjà joué sur l’une des plus grandes scènes, contre des adultes et d’anciens talents de la NBA dans probablement la deuxième ligue la plus difficile du monde. S’adaptant au Real Madrid, il est devenu le plus jeune MVP de l’EuroLeague et a mené son équipe à un titre d’EuroLeague. Certains experts américains n’étaient toujours pas convaincus par la perspective internationale, mais il a clairement montré qu’il était le meilleur joueur du repêchage de la NBA 2018.

L’histoire de la bande sur ces poids lourds européens est impressionnante, mais l’éclat du MVP NBA 2018-19 et 2019-20 s’est légèrement dissipé à l’approche de cette saison. Antetokounmpo a atteint un stade où être une force dominante en saison régulière ne suffit pas. Après avoir perdu lors de la finale de la Conférence Est au cours de cette première année, puis avoir été éliminé par le Miami Heat dans la bulle d’Orlando, les gens en veulent plus.

Ses chiffres de base ont baissé cette année et il est passé d’une moyenne de 29 points, 13 rebonds et cinq passes décisives avec un bloc et un vol la saison dernière à 26, 10, cinq, un et un jusqu’à présent. Il est encore tôt, donc il pourrait avoir un gros match et cela changerait complètement ses moyennes. Parce que nous sommes à peine dans 10 matchs, il est difficile de lire trop dans les statistiques avancées car il leur faut plus de temps pour ressembler beaucoup à ce qui se passe dans le jeu.

Quoi qu’il en soit, si les chiffres d’Antetokounmpo sont en baisse, ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Ce n’est pas comme s’ils avaient besoin de lui pour se reposer – l’entraîneur-chef Mike Budenholzer ne l’a jamais joué pendant trop de minutes – mais l’équipe doit apprendre à être productive sans lui. Il fait tellement partie intégrante de l’attaque des Bucks que l’équipe a marqué cinq points de plus quand il était sur le terrain la saison dernière, et a accordé huit points de plus quand il était hors du terrain.

Cela devient un problème dans les séries éliminatoires car un adversaire est capable de vous enlever votre plus grande force. Les meilleures équipes ont tendance à avoir plusieurs options pour s’assurer qu’il ne s’agit pas d’un régime stable de la même chose au cours de sept matchs. Lors des séries éliminatoires de l’année dernière, alors qu’Antetokounmpo jouait, l’équipe a marqué 110 points pour 100 possessions – environ cinq points de moins que la saison régulière – et la différence de points lorsqu’il est sur le terrain devient un 2 plus négligeable pour les Bucks.

En termes simples, les équipes découvrent lui et les Bucks, et Milwaukee n’avait pas de marge d’erreur. Mais laisser le nouveau meneur Jrue Holiday gérer l’offensive, même si cela n’a pas été aussi réussi qu’il aurait pu l’être jusqu’à présent, devrait aider l’équipe en séries éliminatoires en ayant plusieurs armes offensives confiantes dans un système peaufiné.

Le battage médiatique européen autour de Doncic était bien mérité lorsqu’il est entré en NBA. En route vers une saison de recrue de l’année, il a récolté en moyenne 21 points, sept rebonds et six passes, et il est passé à 28, neuf et huit en deuxième année avant que ses Mavericks ne soient éliminés des séries éliminatoires par les Los Angeles Clippers.

Il est sans aucun doute le meilleur joueur de son repêchage, mais personne ne juge vraiment Doncic si oui ou non il aurait dû être sélectionné plus haut – ce temps est écoulé. Nous attendons maintenant de grandes choses de la jeune Slovène. Les Mavericks ont des exigences, car ils doivent améliorer la liste pour qu’il réussisse, mais Doncic doit encore affiner certains domaines de son jeu.

Il a commencé sa carrière en tant que tireur passable à trois points. Un pourcentage de 32 n’était pas génial mais passable pour une recrue qui avait un taux d’utilisation de 30,5 – le 11e plus élevé de la ligue cette année-là. L’année dernière, il a tiré trois fois hors du dribble 36% du temps et a touché 31% d’entre eux – pas bon. Il a commencé cette saison à tirer 27% à distance – yikes.

C’est troublant, car son équipe ne semble guère mieux. Ils sont actuellement une sixième tête de série de la Conférence Ouest, tandis que son taux d’utilisation mène la NBA et qu’il a un taux de rotation élevé en carrière.

Espérons que le retour de Kristaps Porzingis mercredi aidera à aller de l’avant, car un casting de soutien de Tim Hardaway Jr, Willie Cauley-Stein, James Johnson, Trey Burke, Maxi Kleber, Josh Richardson, Jalen Brunson, Dorian Finn-Smith, Boban Marjanovic et Wes Iwundu ne ressemble pas à un prétendant au championnat sur papier. Ce sont tous des joueurs utiles, mais contre les Lakers de Los Angeles, les Brooklyn Nets, les Clippers et les Philadelphia 76ers, les Mavericks ont un joueur de premier plan, et la menace éternelle d’une deuxième étoile dépend du maintien de Porzingis en bonne santé pour tout tronçon décent. .

La saison dernière, le Letton de 7 pieds 3 pouces a disputé 10 matchs dans lesquels il a marqué 30 points ou plus, mais les Mavericks n’en ont remporté que deux. Son succès ne s’est pas nécessairement traduit par des victoires, mais les blessures ont signifié que lui et Doncic n’ont joué que 47 matchs ensemble – au cours desquels Dallas a remporté 59% de leurs matchs, le meilleur pourcentage de victoires à deux de tous les duo de l’équipe.

Porzingis n’a disputé qu’un seul match cette saison, une victoire plus tôt cette semaine contre les Charlotte Hornets, après avoir subi une opération au genou l’année dernière. L’entraîneur-chef Rick Carlisle a déclaré qu’ils surveilleraient le jeu et l’énergie de son centre plutôt que d’indiquer une limite de temps, et Porzingis a fini par jouer 21 minutes et a marqué 16 points avec quatre rebonds et deux blocs.

Pendant ce temps, avoir une deuxième menace sur le terrain signifiait que Doncic ne pouvait pas être mis sous pression par la défense de l’opposition autant qu’il l’a été en ce début de saison. Il a marqué 34 points, attrapé 13 rebonds et distribué neuf passes tout en tirant à 55% sur trois et ayant toujours l’énergie pour voler le ballon deux fois et bloquer deux tirs.

Le prochain test pour Doncic et Mavericks sera contre Antetokounmpo et les Bucks. À ce stade de la saison, avec autant de joueurs apprenant de nouveaux systèmes et revenant de blessures – sans parler des alignements impossibles à prévoir en raison des protocoles Covid-19 – le jeu sur Sky Sports déterminera à peine le meilleur joueur.

Mais le fait que nous ayons deux superstars européennes à la tête de deux des équipes les plus excitantes de la NBA en tant que match vedette de la ligue pour un public national et international montre quel investissement elles investissent dans ces deux joueurs.

Peu de fans de longue date de la ligue américaine auraient prédit que les deux meilleurs joueurs seraient des importations internationales en 2021, mais Carlisle a déclaré: «Quand j’ai réalisé que j’avais réellement fait la NBA, j’ai réalisé que tout était possible dans ce domaine. ligue. »

Quoi qu’il arrive quand ils se font face cette fois-ci, ce sera une bataille parmi tant d’autres qui verra ces jeunes et futures puissances se rencontrer, non seulement pour leurs équipes, mais pour la fierté de NBA Europe.

Vous voulez regarder encore plus de la NBA et de la WNBA mais vous n’avez pas Sky Sports? Obtenez le pack Sky Sports Action and Arena, cliquez ici

© 2021 Sky Royaume-Uni

Ref: https://www.skysports.com

QU’EN PENSEZ-VOUS?

[comment]

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments] [comment-form]