Ebene Magazine – Covid-19 en France: 30904 patients hospitalisés, dont 5729 en réanimation

0
8

Le nombre de patients Covid-19 dans l’unité de soins intensifs a de nouveau augmenté mercredi et, selon Santé publique France, était supérieur à 5700. Il y avait 5 729 personnes dans les unités de soins intensifs (qui combinent réanimation, soins intensifs et surveillance continue), contre 5 626 mardi et 5 053 il y a une semaine. En 24 heures, 673 patients traitant les cas les plus graves ont été admis dans ces services.

Le nombre de personnes en unité de soins intensifs a dépassé le pic de la deuxième vague épidémique fin mars (un peu plus de 4900 patients à la mi -Novembre) et s’en approchait de la première vague (un peu plus de 7000 patients début avril 2020). Cet indicateur est surveillé de près par les responsables de la santé, qui craignent une surcharge hospitalière, au milieu de la troisième vague de l’épidémie de nouveau coronavirus. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a admis lundi que fin avril le pays pourrait approcher du pic de revitalisation atteint lors de la première vague, avant de baisser jusqu’à l’entrée en vigueur des nouvelles restrictions ce week-end (fermetures d’écoles, interdictions de voyager, etc.).

Le nombre total de personnes à l’hôpital augmente également. 30904 patients porteurs de coronavirus sont actuellement hospitalisés en France, 265 de plus que la veille. 3 131 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées depuis mardi. 433 nouveaux décès ont été enregistrés dans les hôpitaux en 24 heures, soit un total de plus de 97 722 personnes depuis le début de l’épidémie (dont 71 629 dans les hôpitaux). Le nombre de cas n’a pas été publié mercredi car environ 400 000 résultats de tests (positifs ou négatifs) n’ont pas pu être intégrés dans la base de données du SpF, a indiqué le département de la santé. Dans le domaine de la vaccination, près de 3,4 millions de personnes sont vaccinées (deux doses) tandis que 6,4 millions n’ont reçu qu’une première dose.

L’illustration pourrait éviter de succomber au désastre environnemental en faisant venir un patient d’une unité de soins intensifs et non les pieds devant!

Nous sommes passés de 300 décès par jour à 400 et plus. Nous avons gagné du temps, dit-il! L’exemple de l’Angleterre semblait en dire long. À moins bien sûr que les morts ne comptent pas …,

Merci pour le calcul et si on avait aimé l’anglais en reportant la deuxième injection d’un mois, on aurait la moitié du temps pour aller en unité de soins intensifs. Ne pas même pouvoir copier ce qui fonctionne ailleurs.

Lisez les articles de la section Santé,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

Le défi du vaccin anti-CovidCovid: le temps de la deuxième vagueCovid-19: le fantôme de la deuxième vague

FAQTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousSitemapMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique des cookiesArchive de la politique de confidentialité personnelle

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu de l’article inclus dans votre annonce.

Pour ce faire, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Ref: https://www.lepoint.fr

QU’EN PENSEZ-VOUS?

[comment]

Partners:

Journal D’Afrique (https://www.journaldafrique.com/)

Ebene News (https://www.ebenenews.com/)

PUB

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire, votre avis compte!

Laisser un commentaire, votre avis compte!