Ebene Magazine – Affaire Karachi: Balladur libéré, maillot condamné à une peine avec sursis

0
24
Ebene Magazine - Affaire Karachi: Balladur libéré, maillot condamné à une peine avec sursis

L’ancien Premier ministre Edouard Balladur a été libéré jeudi par la Cour de justice de la République (CJR), qui l’a jugé, soupçonné d’avoir financé secrètement sa malheureuse campagne présidentielle de 1995, l’un des aspects de l’affaire Karachi.

L’ancien ministre de la Défense François Léotard a été condamné à deux ans de prison avec sursis et à une amende de 100 000 euros pour « complicité » dans le détournement des biens de l’entreprise.

Tous deux étaient absents des délibérations devant le CJR, un tribunal controversé et le seul celui qui a été habilité à condamner d’anciens membres du gouvernement pour des crimes commis pendant leur mandat.

« Vingt-cinq après (…) Edouard Balladur est enfin résolu », a déclaré l’un de ses avocats, Félix de Belloy, à la fin de l’audience et a salué «une décision extrêmement motivée».

L’ancien Premier ministre a été accusé d’avoir mis en place un système malade avec M. Léotard D’avoir mis en place des commissions de retour illégales sur d’importants accords d’armes avec l’Arabie saoudite et le Pakistan pour financer en partie sa campagne électorale.

Dans son jugement, le CJR a estimé qu’il n’y avait «aucune preuve d’instructions éclairées de M. Balladur» pour payer ces remboursements.

De même, la Cour de justice, composée de trois juges professionnels et de douze parlementaires, a estimé que rien dans le dossier ne permettait de déterminer d’où provenaient les 10,25 millions de francs suisses trois jours après sa défaite par le président a contribué au compte de campagne de M. Balladur « d’origine frauduleuse » selon le procureur.

Le 2 février, le procureur a eu un an avec sursis et une amende de 50 000 euros à l’encontre de Balladur, aujourd’hui âgé de 91 ans. « complicité » et « dissimulation » d’abus de biens sociaux.

Sinon Le tribunal a respecté à tous égards les exigences à l’encontre de François Léotard, 78 ans.

Les soupçons de financement secret de la campagne Balladur ne sont apparus qu’en 2010, lorsque l’enquête sur l’attentat de 2002 à Karachi, au Pakistan, a impliqué le onze employés français de la Direction de la Construction Navale (DCN) étaient décédés.

« Il est désormais jugé et reconnu qu’Edouard Balladur n’a aucune responsabilité, même pas indirectement », a déclaré Me de Belloy.

Lisez les articles de la section Politique,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousSitemapMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique relative aux cookiesArchive de la politique de confidentialité personnelle
Résultats législatifs

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu de l’article inclus dans votre annonce.

Pour ce faire, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Ref: https://www.lepoint.fr

QU’EN PENSEZ-VOUS?

[comment]

PUB

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire, votre avis compte!

Laisser un commentaire, votre avis compte!